Oncologie médicale

Qu’est-ce que l’oncologie médicale ?

L’oncologie médicale est la spécialité des médecins assurant les traitements médicamenteux des cancers : chimiothérapie, hormonothérapie, immunothérapie, thérapeutiques ciblées et traitements de support. Le rôle des oncologues médicaux est souvent déterminant dans l’élaboration des référentiels de prise en charge des tumeurs, le développement de la recherche clinique, la coordination de la stratégie thérapeutique, l’établissement des bilans initiaux et les modalités de surveillance des patients atteints de cancers.

L’oncologie médicale est une discipline à part entière aux USA depuis 1973 et en France depuis 1988. La reconnaissance européenne de la spécialité d’ oncologie médicale a été obtenue en 1997. L’oncologie médicale est également reconnue comme une spécialité en Croatie, Chypre, Espagne, Georgie, Grande-Bretagne, Grèce, Hongrie, Islande, Italie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Suisse et Suède. Il s’agit d’une spécialité commune avec l’hématologie (hémato-oncologie) en Allemagne et en Autriche. En France, une nouvelle maquette réunissant les spécialités d’hématologie et d’oncologie médicale a été publiée au bulletin officiel de l’éducation nationale, le 6 juin 2002. Un enseignement commun des 2 spécialités va débuter en novembre 2003.

On devient oncologue médical après avoir été reçu à l’internat et avoir suivi le cursus de spécialité du Diplôme d’Etudes Spécialisées (DES) d’oncologie, option oncologie médicale. Celle-ci comporte actuellement 3 ans de formation théorique, délivrée à l’échelon interrégional (dans l’Est, par les facultés de Nancy, Strasbourg, Besançon, Reims et Dijon) et 2 ans de formation pratique (18 mois en oncologie médicale et 6 mois en radiothérapie). D’autres médecins que les oncologues médicaux peuvent prescrire une chimiothérapie. C’est le cas des oncologues radiothérapeutes et des spécialistes d’organes (ayant ou non une compétence en cancérologie ou une formation complémentaire en cancérologie). La Lorraine dispose de 18 oncologues médicaux pour 2,3 millions d’habitants, soit une densité de 0,78 oncologues pour 100 000 habitants (France entière : 0,85/100 000 h). Il s’agit donc d’une des spécialités les moins représentées (pédiatrie : 47/100 000 habitants, anesthésie-réanimation : 13, psychiatrie : 14; radiologie : 11, cardiologie : 7, ophtalmologie : 7, dermatologie : 5, gastro-entérologie : 4, rhumatologie : 3, biologie : 3. Il y a en France 1,15 oncologues radiothérapeutes(les spécialistes des « rayons ») pour 100 000 habitants (0,82 en Lorraine). Le déficit évident d’oncologues en France a fait l’objet de plusieurs rapports, dont celui récent de la « commission cancer ».

Le nombre croissant de cancers (liés entre autres à l’augmentation de l’espérance de vie), la nécessité d’une prise en charge pluridisciplinaire, la démonstration de l’apport des thérapeutiques d’oncologie médicale dans de plus en plus de situations tumorales en traitement ou en prévention, l’apparition de nouveaux médicaments anticancéreux plus efficaces mais aussi plus toxiques, la stratégie thérapeutique chaque année plus complexe, l’essor de l’immunothérapie, l’apparition de médicaments issus de la meilleure compréhension des mécanismes de la cancérogénèse, nécessitent un nombre accru d’oncologues. Il serait important d’anticiper ces évolutions par un effort accru de formation dans cette spécialité.

Documents spécifiques pour les malades

Voir la partie Patients / Liens

Oncologie médicale (accès restreint)

Oncologie médicale (accès restreint)

Les commentaires sont fermés.